Région d’Obock – Le Premier ministre visite le barrage de Saday

Publié le 3 septembre 2015

Le Premier ministre, Abdoulkader Kamil Mohamed, s’est rendu hier dans la région d’Obock. Le but de ce déplacement était la visite du barrage de Saday. Lors de cette tournée, le visiteur de marque était accompagné par une forte délégation ministérielle.

Celle-ci comprenait le ministre délégué chargé de la Coopération Internationale, Ahmed Ali Sillay, le ministre de la Santé, Kassim Issack Osman, le ministre de l’Habitat, l’Urbanisme, et l’Environnement, Mohamed Moussa Ibrahim Balala, et le ministre de l’Agriculture, Mohamed Ahmed Awaleh. Sur place, la délégation ministérielle a été accueillie par le préfet et le président par intérim du conseil régional d’Obock, les députés et les notables coutumiers de la région.

Après un bain de foule, le Premier ministre a prononcé un discours sur les lieux. Ce faisant, M. Abdoulkader Kamil Mohamed a évoqué la capacité de l’oued de Saday. Doté d’un bassin versant de 870 km2, l’oued draine, a-t-il dit, en moyenne 12 millions de m3 en interannuelle et s’écoule en 10 crues par année.

Le rappel lui a valu de mettre en exergue les raisons d’être du barrage de Saday. Il a ensuite abordé le fonctionnement de cette infrastructure d’envergure dans la région. Comme l’a si bien relevé le Premier ministre, les taches de l’ouvrage hydraulique consistent à écrêter les crues à son exécutoire en aval (Alat Ela), recharger la nappe phréatique d’Obock, faciliter l’utilisation des eaux à des fins agricoles à l’Est (d’Assasan).

Pour cela, a-t-il précisé, 225 hectares seront aménagés à terme dans l’immédiat. Une retenue de 200 à 300 m3 sera construite par la FAO ainsi qu’un aménagement de 100 hectares qui sera financé par la République de Djibouti dans le cadre du programme « SHARE » de sécurisation des couloirs pastoraux. Les 100 hectares seront repartis entre 200 familles rurales, soit 0.5 hectare par famille pour des activités maraîchères.

Très en verve, le Premier ministre a mis l’accent sur la création de 50 emplois directs et de 100 autres indirects tout au long de l’exécution du chantier qui a duré une année. « Ce projet n’aurait pas vu le jour sans l’implication directe du président de la République qui a décidé d’affecter 170 millions de nos francs pour remédier au manque de financement dans la réalisation de cet ouvrage », a-t-il martelé avec insistance devant les membres du gouvernement, les autorités locales et les chefs coutumiers.

M. Abdoulkader Kamil Mohamed a par indiqué que l’édification du barrage de Saday était une première du genre en République de Djibouti. « Le gouvernement prévoit de multiplier ce type d’infrastructure hydraulique afin de mieux lutter contre la désertification et les conséquences de la sécheresse sur les conditions de vie des populations vulnérables », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire