Le président du conseil régional

Histoire du Conseil régional d’Obock

(Extraits de  Publications mensuelles  du journal local « Phare du Ras Bir»   2006)

Une décentralisation équitable en cours !

Notre République vient de célébrer son 29è anniversaire de l’Indépendance Nationale. A part une rencontre inhabituelle des représentants et des membres de la société civile autour d’un déjeuner populaire initié le jour précédant le 27 juin par les dames chez le Chef du district, rien de spécial à Obock ! Et bientôt, 30 ans de souveraineté nationale ! Notre pays au tournant de la nouvelle ère démocratique, entreprendrait des sages engagements politiques. Particulièrement à l’égard de sa première capitale historique.

En dépit de conjoncture économique défavorable et des mentalités plus ou moins prêtes,  le développement décentralisé est relancé par les premiers artisans de la Réconciliation Nationale et de la Concorde Civile. L’Alliance RPP-FRUD s’est convenue sur la co-gestion des régions intérieures. Tout l’honneur de ce consensus équitable, revient exclusivement à Son Excellence, le Chef de l’Etat, monsieur Ismaêl Omar Guelleh qui a réuni les alliés en discorde depuis les 1ères élections communales et régionales démocratiques. La décentralisation, maillon de la démocratie et du développement, avait été un des principaux accords de Paix d’Abha en décembre 1994 entre le RPP au pouvoir et le FRUD politico-militaire. Une cohésion sociopolitique pour un développement durable dont IOG demeure le principal artisan et gros investisseur. Il l’avait dit à Obock, lors de sa dernière campagne présidentielle de son second mandat : « Ensemble, nous ferons d’Obock, la colonne vertébrale de l’économie nationale ! »

Il a continué de recommander le patriotisme à l’ensemble de ses compatriotes afin de ne pas vider la décentralisation de sa substance. Il ajoutait qu’il n’y aurait ni gagnant, ni perdant.

Les moments de calomnies ou de surprise et de fausses prétentions ou espérances sont passés. Le 1er  Conseil Régional démocratique de l’histoire politique de notre nation a constitué son Comité Exécutif. Les alliés RPP-FRUD peuvent se féliciter et les conseillers régionaux pourraient bien se serrer les mains et se réunir autour de leur jeune président. Grâce à eux, une nouvelle page s’ouvrirait à Obock qui devra la fière chandelle à Son Excellence, le Président de tous les djiboutiens. Le district d’Obock plein de ressources humaines est trempé de problématiques. Avec autant de potentialités économiques et d’héritage culturel, son développement serait précaire selon les exigences énormes de différents secteurs. « Dans chaque difficulté, il y a une facilité » rappelle un verset du Coran. Les solutions seraient ainsi aussi simples. Si l’on veuille, bien sûr, y croire tout d’abord pour les mettre en œuvre. La politique n’est pas tout ! Mais dans tout !

Après avoir rendu hommage à ces valeureux pionniers et artisans de la démocratie et du développement dans notre région, le PHARE DE RAS BIR vous présente les dernières actualités d’Obock en bref en dédiant sa 12è publication à la jeunesse et à la femme dans tout ça, pendant ce temps, après 29 années de souveraineté nationale.

CONSEIL REGIONAL 2006: L’Exécutif tant attendu enfin proclamé !

Les rumeurs courent vite. Même La Maison Blanche fuit. Pourquoi pas la Cité Ministérielle ? Les élections internes de président et de vice-président de l’Assemblée Régionale auraient été envisagées par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation quelques jours avant la célébration du 29è anniversaire de l’Indépendance Nationale, à l’insu des plus importants pionniers de cette politique de démocratie et de décentralisation. Elles ont été reportées quelques heures après avoir été annoncées la nuit, comme à l’improviste. Les absents auraient eu tort et perdu. Rappel à l’ordre par la Magistrature Suprême, au respect du consensus Alliance RPP-FRUD. Sublimes subtilités politiques de rigueur par une décentralisation équitable ! Surtout à l’encontre de la désintégration d’une forte coalition sociopolitique qu’encourait notre pays depuis les dernières élections régionales. « Itta’llih digraana’kal, ittal ma digran ! » proverbe local. Deux inattendues figures sont mises à la tête du Conseil Régional.

Bourhan

Mr Bourhan, président de l’annexe RPP vote pour le jeune candidat de l’alliance RPP-FRUD.

Le retour sous l’arbre à palabres, aux accords-cadres de 1994 aurait été la sage décision des hautes instances de deux partis alliés. Mais ayant failli être encore violé par cette tentative d’élections anticipées, le consensus serait entré en vigueur. Les trottoirs murmuraient la composition des comités exécutifs des assemblées régionales qui faisait la surprise générale du public  et des politiques. Le repositionnement du  FRUD, plus ou moins réconforté, a naturellement bouleversé et remonté l’enthousiasme politique  à Obock. Tels ont été surpris qui croyaient surprendre ! Les rumeurs se sont confirmées le vendredi 14 juillet 2006. Les alliés se sont départagés le pouvoir exécutif bien que le RPP conserve la majorité des sièges que le FRUD présiderait. Ni vainqueur, ni vaincu ! En présence de Mr Hassan Omar, Secrétaire Général du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, de Mr Omar Farada, Commissaire de la République et Chef du district, de Mr Ali Maki, adjoint-commissaire, et de représentants de différents  partis et de simples observateurs, les nouveaux conseillers régionaux ont élu président, monsieur Ali Houmed Hassan, l’unique et jeune représentant du FRUD avec 13 voix sur 15 votants de 16 inscrits, et monsieur Hassan Mééké Andia, vice-président avec 9 voix. Le secrétariat exécutif a été confié à l’incontournable dignitaire et doyen du RPP, monsieur Hassan Mééké Dagueh assisté de monsieur Moussa Ali Mohamed et de madame Assia Souleiki Ahmed.

C’est sans doute l’imprévisible et l’irrévocable tournure de la démocratie naissante qui mérite d’être saluée.

Le Conseil Régional sans idée de budget, reste bien sûr motivé face à la situation de leurs concitoyens. Les compétences transférées lui seraient définies et les premières prérogatives accordées. Les services de la Voirie, d’Etat-Civil, de Taxes constitueraient sa principale et première administration régionale autonome. Bien que les secteurs de l’éducation, de la santé, de l’eau, des télécommunications,  soient représentés parmi les élus même, des services techniques importants restent concentrés dans la Capitale. En attendant la construction du bâtiment neuf, on pense que l’Assemblée Régionale siègera à la Résidence Lagarde.

Enfin, on est impatient de connaître le programme annuel des premiers élus régionaux après 5 mois de leurs élections…A commencer, le Chef-lieu est dans l’insalubrité du jour et l’obscurité de la nuit.

CONSEIL REGIONAL élu en 2006

presiden conseil regional obock

ALI HOUMED HASSAN, surnommé Ali Boss (le Chef) par ses amis d’enfance, est né en 1971 à Djibouti, de Hadj Houmed Hassan, retraité des armées coloniale et nationale et de fonction publique, et de madame Lako Hassan, femme au foyer.
Très jeune en vie active avec un niveau de 3è et BEPC, il est en chômage, 3è enfant d’une famille nombreuse.
Autodidacte participatif, passionné et joueur de foot, il s’implique à toutes les activités associatives. En 1991, au déclenchement du conflit, il s’exile et intègre le FRUD. Après l’école de guérilla, il est affecté à Andoli, à plusieurs postes, en zone libérée d’Obock. Participant et venu à l’arrière de la Réconciliation Nationale de décembre 1994 entre le FRUD et le RPP, combattant démobilisé, fondateur et activiste de l’Association des Combattants Démobilisés du Front en 1998, le 2è représentant national des Démobilisés, il en devient un des principaux invités intervenants au Séminaire sur la Prévention des Conflits en Corne d’Afrique organisé au Kenya en mai 2001. Il est embauché au Secrétariat de Démobilisation et de Réinsertion de 2000 à 2002 et arrive à obtenir des indemnités et des petits emplois à ses compagnons d’armes et d’infortune. Le Programme de démobilisation et de réinsertion des anciens combattants a fermé son Secrétariat et Ali Boss harcèle, côtoie les politiciens et les cadres de son organisation dont il intègre petit à petit le Comité Central. Demeurant au chômage, il est arrivé à réaliser l’indemnisation de 272 ex-combattants, la formation de 80 personnes en petits métiers et le recrutement professionnel de 11 agents de sécurité et de plus de 50 dockers au Port. Enfin, il est lui-même recruté par l’UDC dans le cadre de la lutte contre le Sida, le Paludisme et la Tuberculose.
Il est depuis ce temps, 1er assistant de l’Agence de l’UDC pour l’encadrement des Interventions Communautaires sous le financement du Secrétariat Exécutif. Marié, il est père de 2 enfants. Secrétaire et pilier de l’annexe FRUD d’Obock, second de la liste et premier contesté de candidats aux Régionales dernières, mobilisateur et orateur montant, il s’est présenté et prononcé publiquement lors de la Campagne électorale. Il aurait donc gagné plus de confiance et de considération de hautes instances et d’élus régionaux de partis alliés pour avoir été hier, le vendredi 14 juillet, à l’âge de 35 ans, l’ultime et jeune candidat de l’Alliance, élu 1er président du 1er Conseil Régional de l’histoire politique nationale.
Est-ce le retour au bercail de l’enfant prodige ?

Le Comité Exécutif 2006 en famille :

conseil regional obock

De gauche à droite en arrière-plan : AboubakerBililis ( responsable de Djib-Télécom, élu du RPP ) , Bourhan Ali ( employé administratif, président et élu du comité de l’annexe du RPP ), Ali Houmed Mohamed ( chef de section d’Etat-Civil, président de l’annexe en tête de liste de candidats, élu et expulsé du FRUD ) , Hassan MéékéAndia ( chef de section d’Etat-Civil en retraite, délégué régional du Médiateur de la République, élu du RPP, vice président du Conseil ), Ali Houmed Hassan ( encadreur de projet de lutte contre le Sida, le Palu, la Tb, secrétaire de l’annexe et 2è candidat et élu de la liste FRUD, 1er président du 1er Conseil Régional élu à l’issue du consensus de l’Alliance ), Hassan MéékéDagueh ( retraité du Port, chef du village et notable héritier traditionnel, militant de l’indépendance nationale dès les années 60, doyen politique élu du RPP, secrétaire exécutif du Conseil ), Moussa Ali ( directeur régional de l’éducation, inspecteur pédagogique de l’enseignement de base promu après son stage en Tunisie, élu du RPP, 1er secrétaire permanent ), Ali Mohamed Ali ( sans emploi, responsable d’une association, élu du RPP ), Mohamed Hassan ( caissier de l’ONED, élu du RPP ).
De droite à gauche au premier plan : Mohamed Houmed Ismaël ( enseignant de SEM avec BAC +2, universitaire de Bésançon, élu du RPP ), Mohamed Hassan ( infirmier, élu du RPP ), Houmed Mohamed Houmed ( infirmier-chef, entrepreneur, élu du RPP ), Assia Souleiki Ahmed ( matrone retraitée, fondatrice de l’association des femmes d’Obock, représentante de l’Union nationale des femmes djiboutiennes, vice-présidente du comité de l’annexe et doyenne élue du RPP, 2è secrétaire permanente ), Mohamed Ali Dato ( agent de l’EDD, président de l’annexe et l’unique élu de l’UPR ) .
Les absents : Mééké Ahmed votant par procuration ( gros commerçant et entrepreneur, élu du RPP ) , et Ali Mohamed Youssouf en vacances ( enseignant de SEB, secrétaire de l’annexe et élu du RPP ).

Le Conseil Régional élu en 2012

 

Le président du Conseil régional

Monsieur ALI HOUMED HASSAN

L’histoire d’une communauté,  d’une civilisation, d’un peuple, d’une Nation ou d’un Pays, d’une Région a toujours ses débuts. Le premier Conseil Régional d’Obock naquit  au début du 3ème Millénaire et sans conteste, de la bonne volonté politique du Chef de l’Etat  Djiboutien, Son Excellence, Monsieur Ismaïl Omar Guelleh. Et c’est juste quelques temps après  son accession à la Présidence de la République. Un Conseil Régional provisoire avait été désigné… Les initiatives n’ont pas manqué.

Les Conseillers Régionaux d’Obock  en séance ordinaire

conseil regional 2012 obock

Ali Houmed Hassan (président),
A sa droite, M. Kamil Houmed (vice-président), Aïcha AboubakerBililis (questeur), M. Abdoulkader Mohamed Issé (2ème secrétaire permanent), M. Ali Haroun Ali (membre), Abdoulkader Mohamed Cheik (membre)
A sa gauche, Mme Fatoum Houmed Yacin (1ère secrétaire permanente), Mohamed Hassan Houmed (membre), M. Ali Hassan Mééké (membre

En 2006, les annexes de régions ont relevé le défi de la décentralisation. Le Conseil Régional démocratique d’Obock est alors élu démocratiquement en 2006, en 2012. A la tête d’une équipe toute jeune et motivée de l’Union pour la Majorité Présidentielle, Monsieur Ali Houmed Hassan a été réélu pour son second mandat.